(Pour ceux qui cherchent les photos de Spa-Francorchamps, voir bas de l’article directement ! :)) 

 

Les 24 heures de Spa-Francorchamps viennent à peine de se terminer qu’il est temps pour nous de vous détailler tout ce que nous retiendrons de cette édition.

Tout d’abord, je tiens à remercier tous les partenaires qui se sont manifesté le jour J pour nous proposer des entrées paddock en « last minute » et plus particulièrement Hubert de la Team Stik Racing, que j’ai eu l’occasion de côtoyer une partie de la journée.

Passionné de course au sens large, il avait la lourde tâche d’être commissaire de piste tout le week-end, comme tant d’autres, mais sans qui aucune course ne pourrait avoir lieu !
Petit clin d’oeil également aux sponsors qui le soutiennent lui et sa team SimRacing, donc certains biens connus de la communauté

 

Entrons dans le vif du sujet !

Cette 70ème édition des 24heures de Spa a été pour moi l’occasion de voir ou revoir beaucoup de personnes de divers horizons. Partenaires, membres de teams, Youtubeurs et même certains d’entre vous qui m’ont reconnu au hasard de balades autour du circuit. De chouettes rencontres ! Spa-Francorchamps reste donc sans conteste le plus beau circuit du monde mais également le paddock le plus convivial qu’il m’ait été donné d’arpenter !

Hormis la superbe course, avec le doublé de BMW, un autre événement a pas mal attiré l’attention des SimRacers, tout comme des non-SimRacers. Je veux bien entendu parler du Stand « Assetto Corsa Competizione ».

Non loin de “l’arbre qui tue”, Kunos Simulazion avait donné rendez-vous aux fans afin de pouvoir s’essayer à leur prochain hit dont la date de l’early acces avait été annoncée 24 heures plutôt (12 septembre 2018 pour rappel…). L’occasion pour nous de faire quelques tours de piste et vous donner nos premières impressions !

Trois simulateurs étaient déployés afin de rendre l’expérience la plus convaincante possible. De belles installations avec le tout nouveau châssis S1 de notre partenaire RSeat, volants et pédaliers Fanatec, le tout surmonté de l’écran ultra large de chez Samsung.

Quelques mots sur le châssis S1 puisque que c’était pour moi l’occasion de le découvrir en réel pour la première fois et l’essayer. Pour ceux qui nous suivent régulièrement, vous savez probablement qu’on affectionne Rseat, puisque nous roulons avec le modèle situé un cran au-dessus du S1 dans la gamme, le N1 ! (Relire notre essai).

Pour le coup le S1 semble à priori garder beaucoup de N1 de par sa modularité, sa rigidité (deux montants pour tenir la base). Une fois assis, j’ai trouvé la position de conduite très bonne, voir peut être même plus « racing » encore que le N1, le siège m’ayant semblé un rien plus bas que sur le N1. Il fait bien plus compact que notre châssis actuel tout en dégageant toujours ce côté « robuste ».
Un premier contact convaincant, même s’il est vrai que l’essai a été de courte durée et que toute mon attention n’était pas portée que sur le châssis…

 

Et Assetto Corsa Competizione dans tout cela me direz-vous ?

L’essai consistait à deux tours chronométrés sur le circuit de Spa Francorchamps au volant d’une Lamborghini. J’ai donc eu l’opportunité de me concentrer sur l’aspect visuel durant pas mal de minutes en regardant les autres joueurs rouler avant moi, et me concentrer plus particulièrement sur les sensations une fois derrière le volant (même si les deux aspects ne peuvent être totalement dissociés je vous l’accorde 😉).

Visuellement, le jeu est beau, très beau ! Comme on a pu le voir ces dernières semaines avec les gameplay proposés, on a là quelque chose de très convaincant et soigné.

Nouveaux gameplay d’Assetto Corsa Competizione

Les détails dans la voiture (velours sur tableau de bord, détail du volant, des gants), sont très bien réalisés.

Concernant l’extérieur, là encore l’équipe en charge de la réalisation graphique a très bien travaillé. Pour simple exemple,on pouvait observer au loin une multitude d’arbres réellement bien détaillés, tels que rencontré dans nos Ardennes belge…et non juste quelques arbres “2D” pour simuler un horizon.
On avait également des marbles, de la poussière, fumée sans le moindre ralentissement. Certes les PC étaient équipés de Nvidia 1070Ti, mais pour un jeu qui ne sortira que dans plusieurs mois, être exempt de lagg déjà à ce stade du développement ne peut être qu’une bonne nouvelle !

D’autres détails graphiques qui pourraient sembler anodins sont néanmoins très plaisants une fois en course, comme les commissaires de pistes qui agitent leurs drapeaux sur les côtés de manière plutôt naturelle.

La physique dans tout cela ? Car oui, on l’a vu par le passé, on a beau avoir le plus beau jeu du monde, si la physique est à la ramasse, le titre perd toute sa saveur!

À ce stade du développement, mon avis sera mitigé, mais cela s’explique entre autres par de nombreux facteurs extérieurs qui, je pense, viennent parasiter une réelle bonne analyse de cet essai.

Tout d’abord, je joue depuis maintenant des années en VR. Me retrouver derrière un écran, aussi grand soit-il est déjà perturbant. Ma lisibilité de la piste change énormément, il me manque cette impression de distance et précision qu’on a en VR, à défaut d’une belle image…

Deuxièment, la configuration mise à disposition. Bien qu’étant une configurationmatériel digne des meilleurs, ce n’est pas « ma » configuration. Passer d’une plateforme mobile à un châssis « fixe », d’un direct drive à une base Fanatec, et ainsi de suite n’aide pas à la prise en main du jeu. Les sensations passant avant tout par le matériel, il faut se l’approprier, tester ses limites, ses forces feed back, dureté du pédalier, etc. Le gap entre ma configuration et celle-ci étant assez grand, c’était donc là un autre élément à prendre en compte dans ce test qui, pour rappel, ne durait que 5 minutes !

 

Après un premier tour de « prise en main » de l’ensemble, le second tour m’a permis de commencer à jauger réellement la physique.

Les settings proposés par défaut sur la voiture étant très orientés « grand public » on avait là une voiture très sous-vireuse en entrée de virage. Inversement assez facilement récupérable lorsqu’on commentait des erreurs ou qu’on était un peu trop optimiste sur l’accélérateur. À ce niveau-là, elle pardonnait beaucoup…peut-être trop sur certains points lorsqu’on est exigeant. Enfin ça m’a évité de finir dans le mur avant Blanchimont donc … 🙂

On ressentait plutôt bien le poids de la voiture. Celui-ci nous entrainait vite en dehors de la piste une fois qu’on commettait des erreurs et ramener la voiture sur le bitume demandait quelques efforts. À ce niveau-là, c’était plutôt convaincant.

Le freinage quant à lui m’a semblé à ce stade du développement assez « on »  « off ». On arrivait très vite à un blocage des roues avec l’ABS qui s’activait assez vite.
Pour expliquer le phénomène, trois pistes.

  1. Ma méconnaissance du pédalier Fanatec utilisé.
  2. Les settings avec beaucoup de freins sur l’avant.
  3. Et le plus important, il ne faut pas oublier qu’on est sur une « beta » et donc toujours en développement !

Les sensations de vitesses à bord étaient plutôt bien faites. L’écran Samsung avec un angle de vision ultra large y étant probablement aussi pour quelque chose.

Les sons dans le jeu semblaient également plutôt réalistes, même si à ce stade il me serait difficile de me prononcer de manière plus poussée tant le bruit ambiant des paddocks et des voitures, réelles cette fois, était présent.
Pour ce faire, je vous invite à regarder les gameplay en ligne et vous faire votre propre idée. Une fois immergé cela m’a semblé plutôt convaincant tout de même. …on doit se trouver dans la moyenne de ce qui se fait aujourd’hui…

Une idée du bruit ambiant 🙂 

Ma conclusion suite à cet essai ?

Assetto Corsa Competizione semble bien né ! La base de développement est très solide. C’est beau graphiquement, et cela s’améliore de semaine en semaine (problèmes d’ombres en grande partie réglés, etc). La licence Blancpain GT est fidèlement reproduite et tout y est pour immerger le simracer dans ce championnat. (Livrées, sponsors, habillage des circuits, interface utilisateur soignée …)

Visuellement c’est probablement l’un des plus beaux titres GT prévus sur le marché dans les prochains mois. Même si à ma grande déception je n’ai pu tester la pluie ou le mode nuit, de ce que j’en ai vu, cela s’annonce là encore grandiose.

La physique est perfectible. Tout est-il à mettre sur le dos de la physique ? Non ! Les conditions de tests, les settings, le peu de temps que dure la démo jouent également dans notre première impression.

Quand on sait que l’équipe souhaite sortir son titre d’ici 7 à 8 mois environ, ils leur restent énormément de temps pour peaufiner tout cela. On a donc très bon espoir là encore d’avoir à sa sortie une simulation poussée jusqu’à ses derniers retranchements. À eux de mettre à profit la longue période d’early access prévue !

Pour avoir échangé avec certains acteurs du Simracing comme @Depilo ou @Richard_Arnaud, qui ont eu la chance de tester le mode pluie, là encore l’équipe technique semble pousser le développement physique plus loin que d’autres plateformes en n’impactant pas simplement le grip des pneus suivant les conditions, mais en utilisant tous les facteurs environnant pour le faire (quantité d’eau aux différents endroits du circuit, évolution des trajectoires et donc assèchement de celles-ci, températures de la piste et des pneus, etc). Là encore pas mal de bonnes nouvelles pour ceux qui recherchent la réalité plutôt que l’arcade.

 

Comme vous l’aurez compris, nous avons hâte de retester dans de meilleures conditions encore le titre lors de sa sortie en ealry acces (ou avant si nous avons un peu de chance ?!) et d’observer les évolutions au fils des mois avant sa sortie en 2019 !
Sera-t-il en mesure de venir titiller iRacing sur des courses du style, nous l’espérons. La concurrence entre différents titres ne peut que servir les SimRacers passionnés que nous sommes !

 


J’en profite pour vous partager l’avis, vidéo cette fois, d’Antotius 22 qui a eu également l’occasion de l’essayer.


Revenons-en à nos 24heures de Spa-Francorchamps!

Histoire de vous faire découvrir l’événement de l’intérieur, voici quelques photos que nous avons réalisées, mais également d’autres photos que vous nous avez fait parvenir !

Vous en avez d’autres et que vous avez envie de voir figurer ici ? N’hésitez pas à nous envoyer vos 20meilleures photos via Gdrive, DropBox ou WeTransfert à contact@objectif-racing.com et nous nous ferons un plaisir de les partager ici même !

 

 

 

Galerie Objectif-Racing

Voici quelques-unes des meilleures photos, sans retouche 😉
Vous êtes une team ou juste passionné et souhaitez l’une d’elle en format HD, n’hésitez pas à nous mailer sur contact@objectif-racing.com

Quelques photos des 24 Hours of Spa 2018 ! 😍#spafrancorchamps #spa #blancpain #blancpaingt #24hdespafrancorchamps…

Publiée par Objectif-Racing sur Dimanche 29 juillet 2018

 

 

Galerie de Jordan-Lee Moroy

 

Galerie proposée par Baptiste Thys

 

Galerie de Antoine Van Geel

Galerie de Collard Michael

Galerie des “simracers du Nürburgring”  (Photos de © Louis Verplancken)

 

L’album Officiel du compte @24hoursofSpa

🇧🇪 It was a hell of a race! 🇧🇪© SRO Motorsports Group

Publiée par 24 Hours of Spa sur Dimanche 29 juillet 2018

1 COMMENTAIRE