Pour ceux qui ont l’habitude de nous suivre, vous connaissez notre penchant pour les courses en VR que nous trouvons bien plus immersives à tout autre support, triple screen compris.

Il faut néanmoins bien avouer, qu’il s’agisse du HTC Vive comme de l’Oculus, que la qualité n’est pas franchement au rendez-vous. Entre « Screen door effect », pixellisation, zone de mise au point parfois mal définie pour peu que le casque bouge, on était en droit de regretter la netteté proposée par les écrans.

Et on ne parle même pas du fait d’avoir un angle de vue extrêmement restreint, compensé heureusement par notre possibilité de bouger notre tête.

À l’annonce du Pimax il y a maintenant presque deux ans, vous imaginez aisément notre joie. Annoncé comme ayant une résolution « HD » jamais encore atteinte par un casque VR et un angle de vision proche de l’œil humain, ce dernier était tout ce qu’on attendait pour la pratique du simracing où chaque détail compte.

Et puis le temps passa…
Report après report, notre joie a laissé petit à petit place au doute. Ce dernier verrait-il vraiment le jour ou le projet serait-il avorté comme bon nombre d’autres projets du même style ?
C’était là sans compter sur la ténacité de la société Pimax à honorer les commandes des nombreux backers et mener à terme l’élaboration d’un produit fini et irréprochable…ou presque !

Après de nombreuses refactorisations du produit, l’heure du jugement a sonné, ce dernier étant entre nos mains depuis maintenant quelques semaines !

Tour du propriétaire

Le Pimax arrive dans un packaging sobre, propre, design.
La boite renferme le casque, les câbles, l’alimentation ainsi qu’un chiffon pour nettoyer les lentilles et un petit mode d’emploi. Simple et efficace !

Avec des dimensions hors normes, on pourrait s’attendre à un casque lourd, voir à la répartition des masses douteuses. Loin de là ! Il semble aussi léger qu’un HTC Vive par exemple !

Le plastique est de bonne qualité et le montage rigoureux.
Malgré une coque assez volumineuse, une grande partie du casque sonne creux, cela n’empêchant en rien l’impression de qualité.

Niveau fixation, Pimax a opté pour un système de sangles avec réglages scratch, tout comme le Vive ou l’Oculus.
Ces dernières permettent d’enfiler aisément le casque et le maintiennent parfaitement en position une fois l’ensemble correctement ajusté à la tête de son utilisateur.

On regrettera toutefois qu’ils n’aient pas opté pour un système d’arceau comme sur le PSVR, bien plus simple lorsque le casque passe régulièrement d’un joueur à l’autre. Qui sait, peut-être pourrons-nous compter sur un tel accessoire dans les mois à venir, ou une prochaine V2 ?

Les bords du casque sont cerclés d’un mousse afin d’améliorer le confort lors du port.
Assez minces, ils permettent de venir au plus près des lentilles et donc de s’immerger d’autant plus dans la réalité virtuelle.

Il n’est néanmoins pas impossible, suivant votre morphologie, qu’une gêne apparaisse au niveau du nez une fois le casque enfilé. Un bon réglage des sangles permettra de faire disparaitre cette gêne assez rapidement.

Les lentilles embarquées semblent énormes. Couvrant la quasi-globalité de l’intérieur du casque, celles-ci peuvent être écartées ou rapprochées via une petite molette située sur le côté afin de correspondre à l’écartement réel de vos pupilles.

Trois boutons surplombent le casque. Un On/Off permettant de mettre sous tension le casque ou de le passer en mode « asynchrone » pour les jeux le nécessitant, ainsi que deux boutons pour augmenter ou diminuer le volume du pc sans avoir à retirer le casque.

Sur le côté gauche se trouve une fiche prévue pour accueillir un jack 3.5 afin de monter le casque audio de vos souhaits, aucun périphérique de ce style n’étant fourni d’origine.

Une petite prise USB se trouve sous le casque. Cette dernière étant destinée à terme à recevoir les futurs modules en cours de développement, dont on peut espérer des lentilles pour le rendu fovéal.

Branchements

L’HDMI habituel des Vive et Oculus laisse place ici à un Display Port.
Une prise USB 3.0 est également de la partie. L’alimentation quant à elle vient se brancher directement sur un petit boitier servant de hub à l’ensemble des câbles en provenance du casque ou en partance vers le PC.

Tournant précédemment avec le HTV Vive, la configuration utilisée comprenait déjà un SteamVr fonctionnel. Ce dernier sera en effet utilisé en parallèle d’un second petit programme fourni par PiMax. PiTool permet de régler les principales fonctions du casque.

Quelques minutes à peine après avoir déballé le produit, le voilà branché et fonctionnel. Là encore simple et efficace !

Le Pimax a la particularité de pouvoir fonctionner avec les bases station de HTC (non fournies d’origine), afin de pouvoir vous repérer en cas de mouvement dans une pièce, tout comme il peut s’en passer pour les jeux en position assise/fixe.

Gros plus me direz-vous ! En effet plus de décrochage possible en cas de mouvement trop violent ou d’une personne s’interposant entre vous et la base…comme il n’y en a plus !
Avec ou sans base station, le mouvement de la tête est fluide. Impossible de voir une différence. Aucune limitation quant aux axes. Avant, arrière, droite gauche, profondeur, tout fonctionne aussi bien avec que sans les bases !

À noter tout de même qu’à deux reprises, et sans raison, le casque nous a demandé qu’on allume au minimum une base station pour s’initialiser…
Nous n’avons pas pu déterminer si cela venait de SteamVr, PiTool ou le casque lui-même. On ne peut donc que conseiller d’avoir tout de même une base station à disposition pour vous éviter toute mésaventure si ce problème venait à vous arriver.  Une fois le casque démarré, nous avons pu éteindre à nouveau la base station et jouer sans le moindre problème à nouveau.

Alors, Woaw ou pas Woaw ?

Woaw et re Woaw  même ! La première impression lorsque l’on vient d’un Vive est assez impressionnante. C’est grand, très grand là-dedans ! Ne plus être limité gauche/droite change réellement la donne. En haut/bas, la limitation est toujours présente, mais nettement améliorée également et pas du tout gênante.

Des chiffres ? 200 degrés !  C’est l’angle de vue proposé par le Pimax. Lorsque l’on sait que l’homme voit généralement entre 200 et 220 degrés, vous imaginez un peu le rendu. Il est d’autant plus impressionnant que la majorité des casques actuels n’affichent qu’un petit 110 degrés !

À noter là encore que via PiTool vous aurez la possibilité de changer l’angle de vision pour le passer de 200 à 170 ou 150 degrés si cela s’avérait nécessaire. Que cela soit pour un confort personnel ou limiter l’utilisation du CPU et GPU, bien que de notre point de vue cela n’a pas eu de réel impact, notre configuration étant plutôt correcte. (Détail de notre configuration)

L’autre gros point positif du Pimax est bien entendu ses dalles, affichant fièrement du 2560 * 1140 pixels. Certes c’est beaucoup plus de pixel, mais dispersé sur une plus grande surface. On pourrait donc douter d’un réel apport que cela aurait sur le casque. Pourtant là encore cela change beaucoup !

Difficile en quelques lignes de décrire visuellement la différence, mais croyez-nous, impossible de ne pas la ressentir. C’est net, propre. Comparable au passage de l’oculus DK1 (premier du nom) au DK2 (version commerciale du casque). Un pas de géant même si comme toujours il y aura toujours moyen d’améliorer l’ensemble.

La VR enfin pour tous ?

La Vr n’est pas qu’une question de qualité, mais également de sensations.
La qualité était clairement un frein avancé à juste titre par beaucoup de simracers jouant entre autres sur triple screen. Ce problème étant résolu, ou en grande partie comblé ,restent les sensations!
Et pour celles-ci, nous sommes bien forcés de constater que le très grand champ de vision couplé à la qualité supérieure de l’image pourrait, nous pensons, faire pencher le cœur de bien des simracers.

Mais alors, comment comparer le rendu d’un périphérique ou d’un autre sans l’essayer ?
C’est via quelques images comparatives que l’on va tâcher de vous expliquer cela.
Il est important de noter qu’il ne s’agit là que d’images réalisées d’après notre ressentis et impressions et nullement d’images réalisées sur base de données réelles et concrètes. Juste des observations et impressions pour se rapprocher de notre expérience personnelle !

Simple écran.

Avantages :

  • Qualité d’écran
  • Cout

Inconvénients :

  • Angle de vue très fermé
  • Non Immersif

Triples écrans

Avantages :

  • Angle de vue assez grand
  • Qualité
  • Immersif, …mais toujours en contact visuel avec son environnement réel

Inconvénients :

  • Cout (écrans, supports ..)
  • Place occupée
  • Pas toujours simple à calibrer
  • Immersif… mais toujours en contact visuel avec son environnement réel

HTC Vive / Oculus

Avantages :

  • Immersion complète dans l’habitacle
  • Perspective accrue (meilleures gestions des distances, des trajectoires…pouvant tourner la tête)
  • Simple à configurer
  • Place du dispositif (bien qu’on doive déployer les bases station dans ce cas)

Inconvénients :

  • Qualité visuelle médiocre
  • Angle de vue réduit
  • Demande une bonne configuration
  • Screen door effect très présent

Pimax 5K Plus

Avantages :

  • Qualité de l’image
  • Angle énorme (même qu’un triple screen, voir plus encore !)
  • Immersion maximale
  • Pas de base station obligatoires (bien que conseillé)
  • Simple à configurer
  • Screendoor effect quasi imperceptible

Inconvénients :

  • Demande une bonne configuration

Screen Door effect ?

Les casques de génération précédente avaient la fâcheuse tendance à nous afficher une sorte de grille de points noirs, assez marquée et qu’on ne pouvait ignorer. Même si on finissait par les oublier une fois dans le feu de l’action, on était bien forcé de constater que cela dégradait largement l’expérience utilisateur.

Du côté du Pimax, le screendoor effect est toujours présent, mais presque imperceptible, tout du moins une fois en mouvement.
Les points sont bien plus aérés que sur le Vive, et également moins contrastés. Résultat, ces derniers se fondent dans le décor dès la voiture en mouvement. Le seul moment où vous pourrez les constater sera lorsque vous regarderez des zones claires (ciel, ..) sans trop bouger.
Une fois dans l’habitacle ces derniers se feront totalement oublier et n’est, à nos yeux, plus un défaut, même si on espère ne plus en avoir du tout dans les casques de troisièmes générations bien entendu !

Pimax, VR Ultime pour SimRacing ?

Inutile de tourner autour du pot. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le Pimax est, pour nous, le meilleur casque VR pour une utilisation en simRacing. Il regroupe l’ensemble des améliorations qu’on était en droit d’attendre d’acteurs historiques comme Oculus et Vive. Pimax réussit à positionner son produit sur un marché actuellement vide de concurrence. Même si des annonces pourraient venir changer la donne du côté de Valve, HP dans les semaines à venir, nous restons convaincus que les simracers acquérant un Pimax ce jour l’utiliseront encore avec plaisir d’ici quelques années. Surtout vu la « lenteur » à laquelle les autres acteurs du marché font évoluer leurs produits…et les directions prises (mobilité plutôt que qualité, etc. Mais c’est un tout autre débat que nous n’aborderons pas ici! ).

L’expérience VR étant néanmoins toujours très personnelle, nous ne pouvons que vous inciter à tester si vous en avez la possibilité afin de vous assurer que la VR est faite pour vous. Mais gardez également à l’esprit qu’il faut quelques minutes, heures, voir jours d’adaptation pour les nouveaux pratiquants. Le cerveau devant s’habituer à tout ce qui lui arrive…et chacun réagissant différemment à cela.
Mais une fois votre cerveau « éduqué », quelle expérience !

Nous avions dit à notre passage des écrans à la VR qu’il nous serait impossible de revenir en arrière.
Et bien dès ce jour, nous pouvons vous garantir qu’il nous sera impossible de revenir au Vive après avoir connu le Pimax. Cela vous en dit long sur nos impressions…

Et le prix ?!

Nerf de la guerre, le prix. Affiché à 699$ (+ 60$ frais de port)  le Pimax n’est pas donné, mais le prix nous semble justifié et non abusif malgré qu’ils sont à ce jour les seuls à proposer ces caractéristiques.
À cela s’ajoutera éventuellement une base station Vive, trouvable d’occasion sur les sites de seconde main si vous ne souhaitez pas vous ruiner.

Mais toujours à la recherche de bons plans pour nos lecteurs, nous avons contacté Pimax afin de savoir s’ils ne pourraient pas nous proposer un code spécial pour vous suite à cette review…Et devinez quoi ? Ils ont accepté !
Vous pouvez dès lors utiliser le code « objectif-racing » lors de votre commande sur https://pimaxvr.com/ afin de profiter d’une remise de 50$ ! Encore un grand merci à Pimax pour leur réponse positive et les échanges très constructifs que nous avons eu !
 

Plus d’informations sur le produit : https://pimaxvr.com/